Menu Close

Interview Jean-Charles VOISIN, RH de JUNGHEINRICH FRANCE

Leader sur le marché des solutions pour l’intralogistique (chariots élévateurs, stockage, gestion des flux internes de marchandises)
3,7 Mds € CA, 18 000 salariés dans le monde 
380 M€ CA, 1 200 salariés en France

Pouvez-vous nous présenter Jungheinrich ?

Le groupe existe depuis 1953, il est implanté dans plus de trente pays. Nous proposons à nos clients une gamme très étendue de chariots élévateurs, de systèmes de rayonnages, de services et de conseils pour l’intralogistique. La filiale France existe depuis 1962 et c’est la plus importante en-dehors de l’Allemagne.
Depuis mon arrivée en 2010 dans le groupe, la culture a connu de fortes évolutions. Notamment parce que nos concurrents ont réalisé de très bonnes performances et pris des parts de marché. Nous avons pris conscience que nous devions devenir plus proactifs, plus efficaces en termes de relation client et de démarche commerciale. Le tout bien sûr en gardant notre longueur d’avance technologique et la qualité de notre service après-vente, qui demeurent nos grandes forces.

Our greatest weakness lies in giving up. The most certain way to succeed is always to try just one more time.

Comment se traduisent ces évolutions ?

Nous avons renforcé notre démarche client. En lançant notre projet d’entreprise « 100% client » qui inclut notamment un programme d’accompagnement spécifique mais aussi en encourageant l’innovation visant à personnaliser le plus possible nos offres de produits, de service après-vente, de financement, … Nous développons également un service de conception d’entrepôt sur mesure. Le chariot élévateur reste notre cœur de métier mais devient, de plus en plus, un élément au sein de la chaîne intralogistique complète.
Pour évaluer l’efficacité de notre action, nous mesurons régulièrement la satisfaction client et l’avons même intégrée dans le calcul de l’intéressement. Selon le niveau de cette satisfaction, l’intéressement peut être supprimé ou au contraire bénéficier d’un coefficient multiplicateur. Le système rend plus visible encore ce critère.
Cette démarche d’innovation concerne aussi nos clients internes. Pour eux, nous revoyons nos outils et l’ensemble de nos processus afin de les fluidifier et de pouvoir nous engager sur des résultats, des délais : c‘est par exemple le cas lorsque, nous DRH, recrutons pour les autres directions.

En matière de recrutement, justement, quelles évolutions observez-vous ?

C’est un des sujets qui me tient le plus à cœur ! Le marché est tendu pour les postes qualifiés : lors de mon arrivée chez Jungheinrich France, nous avions en moyenne cinq à dix postes à pourvoir simultanément. Aujourd’hui, nous en comptons une cinquantaine après avoir atteint des pics de l’ordre de 100 voire 110 postes comme en 2018. Pour assurer notre développement, nous recherchons des techniciens de maintenance et des commerciaux. Toujours avec des profils précis : des personnalités agiles, capables de comprendre le besoin spécifique du client, de pouvoir lui proposer une offre riche, personnalisée, bref de mener une démarche proactive. Nous recherchons aussi des profils techniques très spécifiques à notre contexte (du technicien MEI à l’ingénieur en automatisme, en informatique, en énergie …), des chefs de produit avec une orientation industrielle… Globalement, nous sommes dans une stratégie résolue de croissance qui nous amène à recruter en permanence : un de nos objectifs est de compter 1 300 salariés en 2020. Ce qui veut dire que d’ici à la fin de l’année prochaine nous aurons recruté plusieurs centaines de collaborateurs. Et comme ces profils sont très disputés, c’est un vrai défi !

Comment alors comptez-vous faire pour remplir vos objectifs ?

Nous avons mis en place un RPO (Recruitment Process Outsourcing) ? Ceci signifie que nous avons en majeure partie externalisé notre recrutement avec la complicité d’un partenaire principal, ce qui au passage a permis de le structurer davantage. Nous travaillons également notre marque employeur, pour mieux définir notre identité en termes d’employeur et préciser quelle différence nous offrons aux candidats. Cette réflexion de fond nous permet de mieux aborder l’aspect digital et d’être plus présent sur les réseaux sociaux.
Nous nous appuyons aussi sur la cooptation, grâce à nos collaborateurs-ambassadeurs. 10 à 15% de nos postes sont pourvus par ce canal. C’est une pratique que nous encourageons et animons.

Les attentes de vos candidats sont-elles en phase avec les vôtres ?

Nous nous trouvons clairement à une période charnière : les temps et les époques évoluent, de même que les repères et les attentes des candidats. De plus en plus vite. Si nous rencontrons encore des profils « à l’ancienne », bien des candidats (et des salariés) font évoluer leur rapport à l’entreprise et recherchent leur propre équilibre prenant en compte la vie personnelle. Nous y sommes sensibles… ce qui ne veut pas dire pour autant que tout devienne facile mais au moins les demandes sont connues, prises au sérieux et travaillées. C’est dans cet esprit que nous menons régulièrement des enquêtes de satisfaction internes et menons les plans d’actions qui découlent.
La motivation de nos collaborateurs est essentielle : nous avons besoin d’enthousiasme pour accompagner le développement de l’entreprise.

Comment voyez-vous les évolutions futures de votre métier ?

Le digital va continuer à se développer. Déjà les candidats recherchent les opportunités de carrière et y répondent en ligne de n’importe où : il faut savoir les capter, attirer les talents et leurs compétences. Les salariés depuis leur smartphone reçoivent leur bulletin de paie, préparent ou consultent leur entretien annuel, posent leurs congés…
Par ailleurs, le collaborateur est devenu un client interne toujours plus exigeant qu’il faut pouvoir et savoir retenir. Notre rôle est de répondre à ses attentes dans les contraintes qui sont celles de l’entreprise. Sans jamais perdre de vue l’essentiel de la mission RH : fournir à l’entreprise les compétences dont elle a besoin, en temps voulu … dans une bonne atmosphère, favorable à l’épanouissement personnel.

Share This

Copy Link to Clipboard

Copy